Montessori : 7 accessoires pour la maison

Photo of author

PAR Anne-Laure

Aujourd’hui, l’influence de la pédagogue Maria Montessori dépasse largement la seule sphère des établissements diffusant son approche éducative. En effet, favoriser l’autonomie de l’enfant apparaît à de nombreux parents comme une perspective intéressante. Ainsi ils cherchent à créer un environnement propice à ces apprentissages. Et même si tout ne passe pas par le matériel, certains accessoires Montessori pour la maison peuvent contribuer à la mise en place de cette dynamique.

Un mobile pour stimuler le développement visuel de bébé

À la naissance, le nourrisson ne voit pas parfaitement le monde extérieur. Ce n’est qu’au bout de quelques semaines qu’il parviendra à distinguer correctement les visages les plus familiers. De même, les contours d’objets ou encore les couleurs ne sont pas correctement appréhendés par l’œil du nouveau-né.

Partant de ce constat, la pédagogie développée par Maria Montessori pour les premiers mois de la vie recommande de stimuler la vue de bébé en lui proposant un mobile.

Différents modèles sont envisageables, mais il faut privilégier la sobriété, quitte à faire évoluer le modèle de mobile Montessori au fil du temps. Pour les premiers mois de bébé, une version en noir & blanc avec des figures géométriques simples est suffisante pour développer la vue de votre enfant.

Mais les détails ont leur importance. Le mobile ne se place pas n’importe où. Installé au-dessus du lit, il nuit à l’endormissement de bébé. En effet, il stimule sa curiosité et l’empêche de dormir. C’est donc au-dessus du tapis d’éveil qu’il a tout son rôle à jouer.

Le tapis d’éveil Montessori pour développer la motricité de bébé

Voici un accessoire très intéressant et complémentaire du mobile. Durant les premiers mois de sa vie, le nouveau-né consacre beaucoup de ses efforts à développer sa motricité. Au bout d’environ 12 à 16 mois, il aura en général acquis la capacité à marcher.

Mais avant cela, il lui faut franchir des étapes. Après quelques mois, le nourrisson réussit à se mettre sur le ventre seul, avant de commencer à se déplacer à quatre pattes.

Pour favoriser cette progression, il est important que bébé soit placé sur le dos. Cette position lui permet d’observer le monde qui l’entoure, de bouger ses jambes ou encore de chercher à attraper les objets qui l’entourent quand il les voit.

En proposant à bébé un tapis d’éveil Montessori, sa découverte du monde est facilitée. Pour ce faire, cet accessoire Montessori pour la maison doit être d’une bonne dimension : trop petit, il limiterait l’exploration de bébé. Parmi les modèles de tapis d’éveil que j’ai repérés, j’ai trouvé chez Mon-tapis-montessori.com l’un des plus grands, qui avoisine les 4 m². Concernant les couleurs, vous pouvez privilégier les pastels pour ne pas trop surcharger l’esprit de votre nourrisson.

bébé sur un tapis d'éveil

Quand bébé grandit, de nouveaux objets peuvent s’avérer utiles pour continuer à favoriser l’autonomie de votre tout-petit.

Le lit au sol pour développer l’autonomie du tout-petit

Pour la pédagogue italienne, le lit à barreaux constitue une prison pour l’enfant, car il l’empêche de découvrir le monde par lui-même. Or, son objectif principal est de favoriser l’autonomie du tout-petit. Il est donc logique qu’elle préconise que l’enfant puisse se déplacer seul dans sa chambre.

Dans un souci de sécurité, le plus simple est alors de disposer un matelas au sol ou un petit sommier que bébé pourra quitter et rejoindre quand bon lui semblera. Ainsi, vous risquez moins que votre tout-petit ne fasse des chutes en cherchant à escalader les barreaux de son lit.

Mais rien n’est parfait et vous devez aussi accepter que votre enfant puisse venir pointer une tête dans votre chambre quand il saura marcher !

J’ai consacré un article entier au lit au sol pour bébé que nous avons construit nous-mêmes avec Papa Crapule. J’y détaille notre retour d’expérience dans la durée, depuis 5 ans maintenant.

Des meubles adaptés à la taille de votre tout-petit

Je parle ici du mobilier que l’enfant va expérimenter au quotidien. Il ne s’agit pas d’acheter une armoire de petite dimension.

En revanche, pour la table et la chaise que votre tout-petit va utiliser pour se mettre à gribouiller sur une feuille, la démarche Montessori recommande d’adapter la taille aux besoins de l’enfant. Il va ainsi s’y sentir plus à l’aise et prendre ses marques plus rapidement.

Comme dans une salle d’école maternelle, il faut privilégier les matériaux solides comme le bois pour qu’ils tiennent dans la durée et résistent à nos intrépides petites crapules.

Des rangements pour rendre les objets & jouets accessibles

Si tous les meubles ne méritent pas d’être adaptés à la taille de votre enfant, il est en revanche important de rendre accessible tout le matériel avec lequel il est censé interagir.

Que ce soit dans la cuisine ou dans le salon, des paniers à objets et des étagères basses doivent être privilégiés. D’abord parce que l’enfant prend ainsi l’habitude de faire par lui-même. Pour mettre la table, pour se saisir d’un livre, si ces couverts et sa bibliothèque sont à portée de main, la disposition favorise sa prise d’initiatives.

Il est aussi important de noter que ces paniers doivent permettre de ranger les objets par grandes catégories. Maria Montessori insiste en effet sur le besoin d’ordre des très jeunes enfants. L’idée sous-jacente est qu’un environnement bien ordonné facilite la structuration de la pensée du tout-petit.

rangements pour meubles pour enfants

Une tour d’apprentissage pour observer son environnement en sécurité

Plus votre enfant grandit, plus il veut explorer son environnement. Et quand il commence à marcher, la surveillance devient primordiale pour éviter les accidents.

Pourtant, il est impossible d’être en permanence en train de veiller à sa sécurité. Cette période de turbulence est souvent stressante pour de nombreux parents.

C’est pourquoi une tour d’apprentissage peut s’avérer d’une grande aide. Cet accessoire se place en général dans la cuisine. Il permet à votre tout-petit de vous observer en train de vaquer à vos occupations comme préparer à manger. En même temps, votre enfant est sécurisé à l’intérieur de sa tour. Il ne peut pas se déplacer, mais seulement pivoter dans la tour.

En choisissant un emplacement où il ne peut se saisir d’aucun objet dangereux, vous vous garantissez un peu de sérénité. De son côté, votre tout-petit a l’impression d’être partie prenante de la vie de famille et y trouve donc sa place plus facilement. Bref, tout le monde est gagnant.

Le marche-pied pour participer au monde des grands

Meuble complémentaire de la tour d’observation, le marche-pied permet à l’enfant d’atteindre le plan de travail de la cuisine. Vous le proposerez donc à votre enfant une fois qu’il sera un peu plus grand.

C’est particulièrement utile si vous voulez le faire contribuer à la préparation d’une pâtisserie ou du repas. En effet, Maria Montessori privilégie l’autonomie à travers les travaux quotidiens comme la cuisine, le soin du linge ou encore le nettoyage de l’environnement.

Elle ne recommande pas forcément un modèle en bois. Toutefois, ayez en tête le fait qu’un marche pied en plastique pourra facilement être déplacé par votre bout de chou.

Évidemment, ce type de meuble suppose que vous ayez supprimé de l’environnement tout danger. Quand un tout-petit est ainsi invité à prendre part à la vie familiale, on ne laisse pas trainer de couteaux.

Je me suis limitée ici aux accessoires Montessori pour la maison. Mais il est bien sûr fondamental d’offrir des jeux en complément de cet environnement. En effet, la pédagogie Montessori privilégie une approche sensorielle des apprentissages. Or, le jeu reste le meilleur stimulant pour apprendre à tout âge !

Photo of author
Anne-Laure
Anne-Laure est la maman d'un petit garçon de 5 ans. Fondatrice de Petite Crapule, depuis sa grossesse elle n'a pas arrêté de s'informer sur la maternité et la parentalité. Elle partage ici ses recherches et expériences de maman blogeuse, entrepreneure et auteure.

Laisser un commentaire