Manger du surimi enceinte, est-ce possible ?

Photo of author

PAR Anne-Laure

L’alimentation pendant la grossesse est un sujet qui questionne beaucoup les futures maman. C’est normal, car il y a des aliments avec lesquels il faut être très vigilante : le surimi en fait partie. En effet, ces petits bâtonnets oranges à base de poissons se consomment froids. Ils sont souvent associés au poisson cru. C’est pourquoi vous vous demandez sûrement si continuer de manger du surimi enceinte ?

La consommation de surimi n’est pas interdite pendant la grossesse. Toutefois, vous veillerez à suivre quelques précautions pour ne courir aucun danger.

Le surimi, un produit de la mer

Comme beaucoup d’entre nous, vous aimez le surimi sans vraiment connaître sa composition, même si vous savez bien sûr qu’il s’agit d’un produit de la mer. Certes, sa composition inclut bien du poisson, mais pas seulement. 

7 jours pour mieux manger pendant 9 mois

Avec le défi nutrition, prenez de bonnes habitudes pour booster votre corps et supporter la croissance de votre bébé.

Je me lance

Les origines du surimi

Le surimi vient d’une recette ancestrale japonaise importée en Europe dans les années 1980 : le kamaboko. En réalité, la recette industrielle n’a pas grand-chose à voir avec la recette de base, mais elle s’en inspire un peu. 

Cette spécialité aurait été inventée par des femmes de pêcheurs nippones il y a 400 ans. Soucieuses de pouvoir prolonger la conservation du poisson, elles mixaient leur chair, avant de la rincer à l’eau pour en faire des sortes de petits pains salés ou séchés.

Le procédé de fabrication

La première chose que je peux vous dire, c’est que contrairement à ce qu’on croit, le surimi ne contient pas de crabe ! Il ne faut pas croire les étiquettes qui en vantent la saveur. En fait, celle-ci est fabriquée de manière artificielle à partir de déchets de crustacés.

La préparation des bâtonnets de surimi repose sur un hachis de chairs de poissons blancs. L’industrie agro-alimentaire utilise généralement du colin, du merlan bleu, du hoki et des poissons traditionnels d’Asie (Itoyori, Eso, Kintokidai …). 

La pâte de poisson mixée est ensuite pressée et mélangée à des nombreux additifs selon le fabricant : fécule de pomme de terre, blanc d’oeuf, sucres, gélatine, sel, huile de colza, amidon de blé, carraghénanes, gomme de xanthane, sorbitol, glutamate et parfois des polyphosphates. 

La couleur orange du surimi vient, quant à elle, d’extrait de paprika. Cette mixture est par la suite congelée, puis cuite sur une plaque chauffante, roulée, découpée, emballée et pasteurisée. 

Y a-t-il des risques à consommer du surimi enceinte ?

Des risques d’origine bactérienne

Tout comme les sushis, le saumon fumé et toutes les autres préparations à base de poissons crus, le surimi contient de la chair de poisson qui peut abriter une bactérie : la listeria.

Jusqu’en 2012, le surimi faisait ainsi partie des produits à risque parmi les produits de la mer à risque de listériose.

Toutefois, en 2013, l’ANSES a levé le risque et la mise en garde sur le surimi réfrigéré du fait de son processus de fabrication. Après la phase de cuisson, une étape de pasteurisation dans le conditionnement permet de détruire les bactéries pathogènes thermosensibles comme la Listeria monocytogenes. L’avis rendu précisait qu’entre 2006 et 2013, une seule alerte produit concernait du surimi contaminé par Listeria monocytogenes en France.

Le surimi congelé n’inclut pas de procédé de pasteurisation. Toutefois, la norme impose alors de réaliser un contrôle microbiologique sur ces produits afin de vérifier l’absence de la bactérie dans 5 échantillons de 25 g de produit. Dans les faits, le surimi congelé représente une part négligeable de la production française.

7 jours pour mieux manger pendant 9 mois

Avec le défi nutrition, prenez de bonnes habitudes pour booster votre corps et supporter la croissance de votre bébé.

Je me lance

Risques liés à la pollution

Par ailleurs, la consommation régulière de certains poissons est déconseillée pendant la grossesse. Il s’agit surtout des grands prédateurs situés en haut de la chaîne alimentaire comme le requin ou encore le l’espadon, la lotte, le marlin ou le flétan. Ils ont tendance à accumuler les métaux lourds.

Dans le cas du surimi, les poissons utilisés, en particulier le colin et le merlan bleu, ne font pas partie des espèces fortement chargées en métaux lourds. Donc vous n’avez pas de raison de vous inquiétez de ce côté là.

Comment limiter les risques si vous consommez du surimi enceinte ?

La consommation du surimi pour une femme enceinte nécessite de respecter scrupuleusement certaines précautions pour ne pas prendre de risques. 

Acheter un produit de marque vous garantit-il une meilleure qualité ?

Les recettes de fabrication du surimi varient selon les fabricants. Une enquête de 60 millions de consommateurs publiée en avril 2016 révèle que certaines marques s’efforcent à réduire les additifs dans leur produit et s’appliquent à mettre au moins 50 % de poisson dans leur surimi. En revanche, moins de  20 % de poisson entrent dans la composition de certains surimis, parmi les moins chers du marché. Le magazine a ainsi établi les pires marques de surimi qu’il est préférable d’éviter.

Surimi en rouleau

Prenez donc le temps de bien lire les étiquettes. Choisissez de préférence un produit avec une courte liste d’ingrédients, écolabellisé MSC, pêche durable, avec un haut pourcentage de chair de poisson et qui mentionne sur l’emballage les espèces de poisson utilisées dans la fabrication.

Choisissez surtout du surimi qui bénéficie de la norme NF V 45-068 (2002) sur l’emballage. Cette norme garantit de bonnes conditions de cuisson et de conservation. Elle assure au consommateur une cuisson d’au moins 70°C pendant 100 min des surimis dans leur emballage hermétique. Du coup, cette norme garantit leur pasteurisation. 

Soyez méticuleux sur la conservation

Respectez bien la date de péremption et les conditions de conservation indiquées sur le produit.

Veillez à bien respecter la chaîne du froid. Pour cela, utilisez un sac isotherme lorsque vous faites vos courses. Dès votre arrivée à la maison, mettez tout de suite vos surimis dans votre réfrigérateur. Pensez également à vérifier que ce dernier ne dépasse pas les 4 °C, car la bactérie de la listériose se développe même à cette température. Enfin, dans l’idéal, consommez vos petits bâtonnets rapidement après avoir ouvert leur emballage. 

Consommez vos surimis avec de la mayonnaise… industrielle

Si vous aimez manger vos surimis avec de la mayonnaise alors soyez vigilante. En effet, la version maison contient de l’oeuf cru. Or cet aliment est à proscrire pendant une grossesse pour éviter d’attraper la salmonellose, une maladie extrêmement nocive pour la santé du fœtus. Donc préférez la mayonnaise industrielle pendant les 9 prochains mois !

En guise de conclusion

Enfin, méfiez-vous si jamais vous mangez à l’extérieur pendant votre grossesse. En effet, les restaurateurs utilisent parfois du surimi congelé, qui n’inclut pas de pasteurisation. Vous pourriez donc prendre des risques à vouloir manger du surimi hors de votre domicile. Préférez un autre plat à la carte !

7 habitudes alimentaires essentielles chez la femme enceinte

Avec le défi nutrition, prenez de bonnes habitudes pour booster votre corps et supporter la croissance de votre bébé.

Je me lance

Sources & Références

Photo of author
Anne-Laure
Anne-Laure est la maman d'un petit garçon de 5 ans. Fondatrice de Petite Crapule, depuis sa grossesse elle n'a pas arrêté de s'informer sur la maternité et la parentalité. Elle partage ici ses recherches et expériences de maman blogeuse, entrepreneure et auteure.

Laisser un commentaire